La France officiellement en récession, un gouvernement malheureusement dans l’inaction

Publié le par Jean Mallot

Décidément, les mauvaises nouvelles continuent de s’accumuler au niveau économique et les Français doivent s’attendre à une année 2009 très douloureuse : la France est en plein coeur d’une crise économique profonde et durable.


Après un dernier trimestre 2008 marqué par un recul historique de l’activité économique (-1,5%) encore plus grave que prévu, la crise ne faiblit pas. Au contraire, l’Insee vient d’annoncer un recul du PIB de 1,2% pour le premier trimestre 2009 et la production industrielle continue de s’effondrer (-1,4% en mars).


Selon les organisations internationales, le recul de l’activité pourrait atteindre 3% et se poursuivre en 2010, provoquant une explosion du chômage. 138 000 emplois ont été détruits au 1er trimestre.


Pourtant, le gouvernement fait toujours preuve d’un optimisme déplacé. Pire, la France n’est toujours pas dotée d’un plan de relance à la hauteur et les prévisions sur lesquelles ce plan est fondé sont aujourd’hui totalement dépassées. Lorsque ce plan de relance a été élaboré, le gouvernement prévoyait une croissance de 0.5%.


Il est plus qu’urgent d’agir. Face à la dégradation historique de la situation économique, le gouvernement ne peut se contenter de recycler d’anciennes mesures.


L’ampleur de la crise de l’emploi, la profondeur de la crise économique et la persistance de la crise financière, confirment la pertinence de l’analyse économique menée par le Parti socialiste depuis plus de six mois ainsi que la validité de ses propositions, à la fois sur la nécessité d’un plan de relance équilibré et massif, que sur la protection des salariés et des victimes de la crise et sur la nécessaire restructuration du système financier international.


Communiqué de Michel Sapin,
Secrétaire national à l’Economie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article